• Vincent Damato

A chacun son style d'apprentissage... Il faut de tout pour faire un monde !


Bon, allez… Changeons un peu de monde… Quittons les enfants "bouge-bouge" et entrons dans une autre dimension : Votre enfant ne bouge pas pendant les devoirs.

C’est cool. Surtout qu’aujourd’hui, vous avez décidé de prendre le temps de les faire avec lui et de l’aider sur ses exercices, s’il en a besoin (si, si, s’il est au collège ou au lycée, il a le droit d’avoir des exercices écrits à faire)…

Alors voilà, il sort son cahier de texte et vous regardez avec lui ses devoirs. Bon rien de bien sorcier, juste deux ou trois problèmes de maths, un (un peu long, certes) en français, et les leçons à revoir.

Comme vous êtes un parent sympa, vous lisez avec lui le premier exercice. Ça vous parait tout simple et vous sentez que si c’était à vous de le faire, vous auriez déjà bondi sur le stylo, commencé à rédiger, fait des essais, bidouiller… et que vous seriez arrivé très vite à la solution… Mais comme ce n’est pas à vous qu’on a donné ces devoirs, vous le laissez démarrer. De votre côté, vous êtes dans les "starting blocks", vous trépignez sur votre chaise (je vous laisse imaginer ce que ça peut donner J)… et lui, là, votre enfant, il a son stylo dans la bouche, il regarde son exercice, le relit, lève parfois les yeux au plafond, revient sur l’exercice… et déglutit parfois – mais ça, c’est à cause de son stylo dans la bouche. Bon, ça vaut mieux que de s’étouffer avec sa salive, mais ça ne résout pas son exercice.

Vous attendez de longues et interminables secondes et… ça y est, il bouge ! Il va écrire ! Ah,

non. Il a juste changé de position… Grrrr ! C’est plus possible ! Ça fait au moins deux minutes qu’on y est et il n’a pas commencé ! Pourtant, c’est une notion facile, il devrait y arriver facilement ! Inquiet, énervé ou vous ne savez pas trop, vous allez prendre un verre d’eau. Quand vous revenez, l’exercice est terminé, rédigé très clairement, sans rature… et juste.

Vous ramassez votre mâchoire, et vous demandez par quel miracle… peut-être les yeux levés au ciel, tout à l’heure… La séance de devoirs s’achève. Le même miracle s’est produit à chaque fois : exercice super facile (vous l’auriez résolu rapidement, en 5 grosses minutes), votre enfant reste une éternité sans rien écrire et PAF ! D’un coup ! La solution semble tombée du ciel, et se jaillit sur la copie…

Mais comment est-ce possible ? Votre enfant est-il un extraterrestre ?

Ben non, en fait. J’espère que vous n’êtes pas déçu. Mais c'est une erreur qu’on commet souvent, en tant que parent :on a tendance à penser que notre enfant a le même fonctionnement que nous dans tous les domaines.

Heureusement que non ! Le monde serait bien trop monotone !

En fait, chaque individu à son propre style d’apprentissage. De nombreux chercheurs (psychologues, pour la plupart de ceux qui suivent) se sont penchés sur cette question. Chacun élaborant sa théorie.

En voici quelques-unes (d’après le Travail autonome – V. Liquette – Armand Colin) :

Toutes les théories présentées ici sont sous une forme binaire, ce qui simplifie l’observation et leur compréhension.

D’autres théories présentent des profils plus nombreux, comme les intelligences multiples d’Howard Gardner, sans pour autant les opposer.

Mais n’allez pas croire qu’on est tout l’un ou tout l’autre. Tout dépend des situations, des enjeux. On est un habile mélange de tout cela et il est intéressant de garder en tête que ces profils évoluent au cours de la vie. L’idéal serait de tout maitriser pour pouvoir aborder toutes les situations de la manière la plus appropriée…

Allez, observez votre enfant, pendant les devoirs, un jeu, au sport… observez-vous, à la maison, au travail, pendant vos loisirs… essayez de vous retrouver dans ces différents profils.

#apprendre #devoirs #stylescognitifs #pédagogie

148 vues

© 2016 par A pas de fourmi - Pédagogie positive. Créé avec Wix.com

  • w-facebook

Par tél : 06 45 55 68 27  /   apasdefourmi@free.fr  /  Le petit culty, 38300 Crachier, France