• Vincent Damato

Donner l'envie d'apprendre : art d'emballer et pizza pédagogique


C’est drôle, quand même… Samedi soir, toute la famille se réjouissait de manger une bonne pizza devant la télé et voilà ce que j’ai trouvé sur l’emballage !

Certes, la photo n’est pas bonne… mais l’on peut y voir le bonheur en personne et la douceur d’un soir… en famille, tranquille.

Mais regardez-y de plus près… Non, mais ! Vous vous rendez compte ??

Les spécialistes du marketing sont de fameux pédagogues !

Mais si, dans ce petit cadre noir, là, au-dessus : il y a tout ce qu’il faut pour attirer les gourmands. Forcément : quel que soit son canal sensoriel préféré, on y trouve forcément son compte :

- Visuel, avec les petits dessins,

- Auditif, avec les « scritch » et autres « crack »,

- Kinesthésique (le mouvement, le corps), avec des verbes d’action conjugués à la première personne,

- Olfactif et gustatif : à l’idée du fromage fondu, (miam) !

Ils sont trop forts dans les services marketing, je vous dis ! Tout ce qu’il faut pour appâter le client et lui donner envie de prendre ce qu’on lui propose. Et le pire, c’est que ça marche : on achète !

Ah ! Si ça pouvait marcher comme cela, aussi, à l’école, ou pendant les devoirs…

Mais au fait, ça serait possible de rendre les élèves gourmands d’apprentissage ? Pourquoi ça marcherait avec les pizzas et pas avec les leçons, d’ailleurs ? Il suffirait peut-être d’être un bon VRP des apprentissages… un pédagogue*, quoi !

Au départ, le constat est simple...

De nombreux enfants, en école primaire, au collège, au lycée… et même des étudiants n’ont plus le goût à l’apprentissage. D’ailleurs, si on trouvait de l’apprentissage en solde dans les grands magasins, il y aurait très peu de chances qu’ils en achètent, même au rayon pizza. Peut-être, si on les payait pour en acheter… et encore !

(Même le test international "Pizza" l'indiquerait, mais là, je m'égare.)

Et ce qui est vrai à l’école rejaillit également sur le temps des devoirs ! Tout pareil !

Alors, l’objectif est simple aussi : capturer l’attention de l’enfant sur ce qu’il doit apprendre. Créer un besoin… Tiens ? on dirait du langage commercial ;-) Eh bien, si on essayait de faire un peu de marketing pédagogique ? En choisissant aux leçons un emballage emballant ? et qui pourrait mettre vraiment l’eau à la bouche de tous nos élèves ?

Ça demande un peu de créativité et de casser un peu les codes… mais ça en vaut le coup !

Pour illustrer cela, un petit déballage d'emballages pédagogiques, testés en classe et à la maison, et en espérant qu'ils vous donneront des idées :

La proportionnalité au cycle 3… ça peut donner ça :

Alors forcément, là, les élèves se lancent très vite dans le problème et répondent même au roi avec des lettres très officielles du style : « Majesté ! Nous Mathématiciens, avons résolu votre problème. Voici le plan de votre nouveau château… »

A la maison, on peut aussi tout simplement suivre des recettes de cuisine avec son enfant. Ça permet de reprendre plein de notions abordées en classe, comme la proportionnalité, les mesures, les conversions d’unités… Ça donne du sens à tout ça et ça complète bien la leçon. Et là aussi, en ayant vécu ce réinvestissement, l’enfant retient mieux…

Allez, encore deux ou trois exemples :

L’accord du participe passé dans les cas simples…pour les kinesthésiques :

Eh oui... Seul le meilleur buteur marque l'accord au Participe Passé !

Un spécial pour les auditifs :

Un petit medley de l’Entre Deux Guerres, pour se mettre dans l’ambiance insouciante de l’époque…

Et un pour les visuels :

Une étude comparative de monuments aux morts : cherchez les différences… et dessinez celui de votre commune.

Au fait, vous avez remarqué, il y en a un avec Jeanne d’Arc et sans symbole napoléonien, contrairement aux 3 autres. Toute une Histoire, non ?

Alors ? Ça vous emballe ?

Vous avez compris le principe. C'est un peu comme une pizza, mais une pizza pédagogique. On met un peu de tout, et on cherche à prendre du plaisir, entrer par des angles différents, en utilisant le jeu, ou en créant un enjeu… pour attirer vers l’apprentissage. Il s’agit vraiment de rendre ce dernier plus beau et plus désirable en l’emballant joliment… et n’y voyez aucun rapport avec certains colliers de pâtes que votre tout petit a pu vous offrir. Vous étiez quand même impateient de voir ce qu'il ya vait dans son paquet ;-)


Et si vous manquez vraiment d’inspiration, essayez d’aborder les leçons au travers d’un maximum de canaux de réception : la vue, l’ouïe, le corps... Comme ça, vous aurez plus de chance de créer une accroche avec l’enfant ;-)

Pour ma part, une théorie qui m’inspire beaucoup, depuis plusieurs années, c’est celle des intelligences multiples. Elle est assez à la mode actuellement et on peut trouver facilement des ouvrages ou des sites qui les décrivent et qui donnent des exemples d’activités pour chaque intelligence. Il est difficile d’intégrer toutes les intelligences dans une seule activité, mais il est intéressant de varier les approches, pour en trouver une qui parlera plus particulièrement à l’enfant.

Ah ! Et chose importante qu’il faut garder en tête : ne pas perdre l’apprentissage de vue !

Avec trop d’emballage, on peut finir par diluer l’apprentissage et le rendre à nouveau inaccessible, car dénué de sens et trop éloigné de l’enfant … Eh oui, en pédagogie**, tout est question d’équilibre !

Alors...

Faites-vous plaisir, faites les devoirs avec votre enfant comme VOUS auriez aimé qu’on travaille avec vous à son âge... et amusez-vous ! Je suis impatient d’avoir de vos retours et de partager vos expériences !

Vous pourrez trouver de nombreuses idées dans « Chouette ! C’est l’heure des devoirs ! » de Charles Caplette.

Et pour les enseignants, la collection « Guide pour enseigner autrement avec les intelligences multiples » (Cycles 1, 2 ou 3) donnent de nombreuses idées et démarches à mettre en place dans les classes ! Vraiment très inspirant !

Allez, pour finir, et juste pour le plaisir : une carte de France, toute en pâte à modeler… Patouille pour modéliser la France (intelligence kinesthésique), travail en équipes (intelligence interpersonnelle), observation des reliefs de la carte (intelligence visuospatiale)…

*"Dans l'Antiquité, le pédagogue était la personne chargée d'accompagner les enfants à l'école." NDA : J'aime bien cette idée d'accompagner, de guider vers les apprentissages :-)

** "La didactique est une sciences. La pédagogie est un art." (Robert Lyons)

#stratégie #pédagogie #stylescognitifs #Apasdefourmi #motivation #parent #enfant #apprendre #devoirs

151 vues

© 2016 par A pas de fourmi - Pédagogie positive. Créé avec Wix.com

  • w-facebook

Par tél : 06 45 55 68 27  /   apasdefourmi@free.fr  /  Le petit culty, 38300 Crachier, France